Les F-22 vont reprendre les vols

Le 19 septembre, l’US Air Force a annoncé qu’elle reprendrait bientôt les vols des F-22. Ces derniers sont cloués au sol depuis le 3 mai 2011 en raison de problème d’alimentation en oxygène entraînant l’hypoxie des pilotes.

L’immobilisation de l’avion de combat le plus moderne du monde depuis bientôt 4 mois pose un réel problème pour l’entraînement des pilotes de l’USAF. Les simulateurs peuvent aider les pilotes à maintenir des compétences de vol aux instruments, mais ils ne remplacent pas l’expérience du réel. Si la situation se poursuit les pilotes de F-22 devront passer par une re-qualification approfondie.

Pour éviter ce fiasco, l’USAF va de nouveau autoriser les F-22 à voler à compter du 21 septembre. Le rapport sur la défaillance du système d’alimentation en oxygène est toujours attendu pour l’automne, mais l’USAF va poursuivre ses tests physiologiques sur les pilotes et mettre en œuvre certaines restrictions de vol à court terme. Le calendrier de cette reprise devrait ainsi permettre aux pilotes de maintenir leurs certifications de compétences.

La cause des symptômes de l’hypoxie n’est pas encore déterminée. L’USAF va donc restreindre les pilotes de F-22 à voler sous une altitude de 40 000 pieds.

Pour rappel, un mélange de toxines a été trouvé dans le sang des pilotes après divers incidents qui ont conduit à clouer au sol la flotte de F-22 de l’USAF. Mais la façon dont le gaz apparait dans le système d’alimentation OBOGS conçu par Honeywell n’est pas encore claire. Le monoxyde de carbone se dissout trop rapidement pour être étudié lors des tests, mais il pourrait expliquer l’hypoxie.

Source : USAF

Lire aussi :

Une réflexion au sujet de « Les F-22 vont reprendre les vols »

  1. le site Opex360.com fait état d’un accident mortel à l’entraînement en Novembre 2010 qui aurait révélé la faiblesse du système OBOGS qui gère non seulement l’oxygénation de l’air respiré par le pilote, mais aussi le fonctionnement de la combinaison « anti-G »… il ne s’agirait donc pas seulement d’incidents isolés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *