La France s’équipera de ravitailleurs A330 MRTT en 2013

Les opérations en Libye ont mis en évidence la nécessité pour la France de s’équiper des nouveaux Airbus A330 MRTT, en remplacement des vieux Boeing C-135FR (photo). Un contrat pour 5 à 7 avions ravitailleurs A330 MRTT est maintenant prévu pour 2013.

L’Armée de l’air française va signer un contrat pour cinq à sept avions de ravitaillement A330 MRTT (Multi-Role Tanker Transport), avec des livraisons rapides prévue en 2013, selon le général de l’armée de l’air Jean-Paul Palomeros.

Le général Jean-Paul Palomeros, Chef d'Etat-Major de l'armée de l'Air.

Jusqu’à présent des difficultés budgétaires ont contrecarré les tentatives françaises précédentes pour acquérir ce nouveau tanker. Des suggestions ont même été faites pour que la France loue des avions au Royaume-Uni au sein de la flotte de 14 A330MRTT que possède la Royal Air Force, dans le cadre de l’accord anglo-français de la Défense.

Mais le général Palomeros a déclaré que les opérations aériennes de l’OTAN sur la Libye avaient souligné la nécessité pour l’Europe de renforcer sa capacité de ravitaillement en vol. L’armée de l’air française possède actuellement 14 ravitailleurs Boeing KC-135. Le nouvel A330 serait mis en commun avec le Royaume-Uni, et il y aurait des discussions avec la RAF pour une commande conjointe. La France pourrait éventuellement acquérir 14 A330MRTT, avec un second lot pour remplacer la flotte d’A340 et d’A310 VIP.

Le général Palomeros a également confirmé que l’aviation française n’introduira pas de drones franco-britanniques Telemos avant 2020. Ce dernier est un projet de développement basé sur le système de drone Mantis de BAE, qui a déjà volé. La France a par ailleurs décidé d’adopter le drone israélien Heron TP d’IAI pour répondre à ses besoins à court terme.

« Nous avons besoin de définir nos exigences opérationnelles et de développer une feuille de route claire. Le Mantis est une bonne plateforme, mais nous avons un véritable travail à faire concernant les systèmes et les communications », a précisé le général Palomeros. Lors de la Conférence des chefs d’Etat-Major de l’armée de l’air au salon aéronautique de Dubaï, le général français avait identifié les principales préoccupations concernant le déploiement de drones, y compris l’interopérabilité, et les multi-capteurs d’exploitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *