Une hôtesse d’American Airlines fait une crise avant le décollage

Le 9 mars, une hôtesse de l’air en pleine dépression nerveuse, a interrompu le décollage d’un avion d’American Airlines à Dallas (Texas, sud) semant la panique à bord.

Selon des passagers interrogés par le Chicago Tribune, une hôtesse de l’air a commencé a viciférer une tirade incohérente sur un crash de l’avion alors qu’elle détaillait les instructions relatives à la sécurité juste avant le décollage pour Chicago (Illinois, nord).

Visiblement surmenée, l’hôtesse s’est soudain mise à parler à l’interphone de façon incohérente, expliquant que l’avion devait retourner à sa porte d’embarquement en raison de prétendus problèmes techniques. Un collègue a tenté de couper le son du micro, mais refusant de se voir privée de parole, l’hôtesse a clairement déclaré dans l’interphone : « Commandant, je n’ai pas la responsabilité de faire crasher cet appareil ».

Ses collègues l’ont interrompue, tentant de rassurer les passagers et insistant sur le fait que l’appareil ne connaissait aucune difficulté et qu’il allait bientôt décoller.

Ils ont ensuite vainement essayé de la calmer, mais leurs efforts n’ont abouti qu’à une surenchère de l’hôtesse qui s’est alors mise à vociférer sur un soi-disant accident qui attendait l’avion, sur la piètre santé financière d’American Airlines ou encore sur les attentats du 11-Septembre.

Inquiets, certains passagers ont appelé la police depuis leur téléphone portable. « On a eu sacrément peur », a raconté Greg Lozano, un passager. « Heureusement, cela n’est pas arrivé lorsque nous étions en l’air », a-t-il ajouté.

L’incident a duré environ 15 minutes avant que l’hôtesse de l’air ne soit maîtrisée puis menotée et sortie manu militari de l’avion par des agents. Deux membres d’équipage, blessés dans la cohue, ont été hospitalisés.

Une heure et vingt minutes plus tard, le vol American Airlines 2332 a pu prendre son envol pour Chicago, avec un autre équipage à son bord, et a finalement atterri à Chicago à 11h46 du matin.

« Nos clients n’ont été à aucun moment en danger », a assuré American Airlines dans un communiqué. « Nous nous excusons auprès de nos clients pour la gêne occasionnée et les remercions de leur patience et de leur compréhension ».

Une hôtesse de l’air a empêché hier un avion d’American Airlines de décoller de Dallas (Texas, sud) lorsqu’elle s’est lancée dans une tirade incohérente sur le 11-Septembre et un soi-disant accident qui attendait l’appareil et ses passagers une fois en vol. 

Selon des passagers interrogés par le Chicago Tribune, alors qu’elle détaillait les instructions relatives à la sécurité juste avant le décollage pour Chicago (Illinois, nord), l’hôtesse s’est soudain mise à parler de façon incohérente, expliquant que l’avion devait retourner à sa porte d’embarquement en raison de prétendus problèmes techniques. Ses collègues l’ont interrompue, tentant de rassurer les passagers et insistant sur le fait que l’appareil ne connaissait aucune difficulté et qu’il allait bientôt décoller.

Ils ont ensuite vainement essayé de la calmer, mais leurs efforts n’ont abouti qu’à une surenchère de l’hôtesse qui s’est alors mise à vociférer sur un soi-disant accident qui attendait l’avion, sur la piètre santé financière d’American Airlines ou encore sur les attentats du 11-Septembre.

Inquiets, certains passagers ont appelé la police depuis leur téléphone portable. « On a eu sacrément peur », a raconté Greg Lozano, un passager. « Heureusement, cela n’est pas arrivé lorsque nous étions en l’air », a-t-il ajouté. L’hôtesse de l’air a été menottée et sortie manu militari de l’avion par des agents. Deux membres d’équipage, blessés dans la cohue, ont été hospitalisés.

Une heure et vingt minutes plus tard, l’avion a pu prendre son envol pour Chicago, avec un autre équipage à son bord. « Nos clients n’ont été à aucun moment en danger », a assuré American Airlines dans un communiqué. « Nous nous excusons auprès de nos clients pour la gêne occasionnée et les remercions de leur patience et de leur compréhension ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *