Un avion de JetBlue dévié par une crise de folie de son commandant

Le pilote d’un A320 a terrorisé ses passagers à bord d’un vol New York pour Las Vegas, qui a été forcé à atterrir d’urgence.

Le 27 mars, un Airbus A320 de la compagnie JetBlue était à mi-chemin quand le pilote Clayton Osbon a perdu les pédales devant ses 195 passagers. En sortant des toilettes qui se trouvaient au fond de l’avion, le commandant de bord a remonté l’allée en courant et en criant: « D’abord l’Irak, après l’Afghanistan, et maintenant ça! » Les passagers des premiers rangs l’ont alors vu tambouriner sur la porte du cockpit et essayer d’y pénétrer, sans succès.

« On aurait dit qu’il était fou », a raconté un des passagers assis dans les premiers rangs à la presse américaine. « J’étais sûr que, s’il rentrait dans le cockpit, il allait faire écraser l’avion. »

Le pilote Clayton Osbon.

Le copilote, inquiet du comportement « erratique » de son collègue, avait profité qu’il aille aux toilettes pour verrouiller la porte du poste de pilotage et désactiver l’interphone. Le commandant, les mains tremblantes, s’est alors approché d’une des portes de l’avion en hurlant les mots « Irak », « Iran », « al-Qaida » et « terrorisme ». Les hôtesses ont essayé de le calmer, en vain.

Plusieurs passagers, qui se rendaient à une conférence spécialisée sur la sécurité, se sont interposés. Un ancien sergent de police de New York, Paul Babakitis, et un ex-gardien de prison, David Gonzalez, ont décidé d’arrêter le commandant par la force. « Je lui ai fait une clef de bras et il s’est affaibli », a dit Gonzalez.

Sur les images tournées par les passagers, on voit le commandant Clayton Osbon, un colosse d’1m95 et de 120 kilos, tenter de résister aux passagers, avant d’être allongé de force par terre. L’ancien policier Babakitis lui coince les mains dans le dos avec une attache en plastique, que le pilote parvient à briser. C’est finalement avec des ceintures empruntées aux passagers que le commandant est attaché. Le copilote, qui a demandé un atterrissage d’urgence à l’aéroport d’Amarillo au Texas, est aidé dans la manœuvre par un pilote qui voyageait dans l’avion. Le coup de folie du commandant a duré une demi-heure, selon les témoins.

Une fois l’avion arrivé à Amarillo, la police a procédé à une fouille des passagers et de l’appareil, à la recherche d’éventuelles substances explosives, en vain.

« Il semble qu’il s’agisse plus d’un problème médical que d’une question terroriste », a précisé le service fédéral de sécurité des transports. Clayton Osbon, qui a été sorti de l’appareil sur une civière, a été transféré dans un hôpital d’Amarillo. Les voyageurs ont continué leur vol sur un autre appareil.

En août 2010, un steward de la même compagnie avait déclenché les toboggans de l’avion sur le tarmac de l’aéroport de New York parce qu’il était énervé par un passager qui n’avait pas suivi ses instructions.

Source : Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *