Le 1/12 Cambrésis fait ses adieux

L’escadron de chasse (EC) 1/12 « Cambrésis » de la base aérienne 103 de Cambrai-Epinoy a été dissous, le 30 mars 2012, lors d’une émouvante cérémonie.

Sur le parking face à l’escadron de chasse, un Mirage 2000 C et un Rafale peints aux couleurs du tigre se font face. Une foule de militaires, d’autorités, d’aviateurs étrangers membres de la « Tiger Association » et de journalistes sont installés dans les tribunes. L’émotion est palpable, dans moins d’une heure, une page de l’histoire va se tourner…

Le lieutenant colonel Daroux, commandant le 1/12 « Cambrésis » donne le fanion de l’escadron au général Martel.

C’est sous le commandement du général Joël Martel, major général de l’armée de l’air, ancien pilote de cette unité mythique, que l’EC 1/12 « Cambrésis » a transmis, au cours de cette cérémonie, ses traditions  » Tigre » à l’EC 1/7 « Provence » de Saint-Dizier. Après avoir remis symboliquement le fanion de la SPA 162 au lieutenant-colonel Xavier Toutain, commandant de l’EC 1/7, le général Martel a procédé à la dissolution du « Cambrésis » l’année même où il fêtait son 60e anniversaire. C’est dans un silence quasiment religieux que les invités ont entendu résonner sur le parking ses mots:

Un Mirage 2000 C RDI en vol peint à l’occasion de la fermeture de l’EC 1/12.

« En ce jour, 30 mars 2012, l’escadron de chasse 1/12 Cambrésis est dissous. Nous honorons aujourd’hui votre fanion et rendons un hommage solennel à celles et ceux qui, sous ses couleurs, ont servi la France et ses valeurs, parfois jusqu’au sacrifice ultime ».

À l’issue de la cérémonie, les spectateurs ont assisté à une démonstration aérienne. Pour saluer le Cambrésis, quatre Mirage 2000C de l’escadron mais aussi un Rafale, un Mirage F1CT, un Mirage F1B et un extra 300 de l’équipe de voltige se sont relayés dans le ciel du Nord-pas-de-Calais pour offrir un show d’exception.

Le personnel de l’escadron, les anciens et les invités se sont ensuite rendus dans le hangar de l’unité où les attendait une exposition de photographies et d’œuvres des peintres de l’air. Le lieutenant-colonel Jean-Luc Daroux, commandant l’EC 1/12, confie être très ému en ce jour.

« Cela fait une semaine que j’accueille mes équipages à l’issue de leur dernier vol. Nous y sommes, l’escadron est dissous. Les traditions Guêpes et Tarn sont mises en sommeil, tandis que la prestigieuse escadrille SPA 162, véritable colonne vertébrale de notre unité, s’envole vers Saint-Dizier. Je suis fier d’avoir commandé les hommes et les femmes du grand 1/12 Cambrésis dans cette dernière année. Je souhaite une longue vie aux Tigres du Provence, et « Once a Tiger… always a Tiger1″. J’ai également une pensée toute particulière en ces moments pour mes prédécesseurs à ce poste ».

Autour du lieutenant-colonel Daroux, de nombreuses figures de l’armée de l’air étaient présentes. Parmi eux, le général Achille Lerche, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air et commandant de l’escadron de 1962 à 1963, le général Denis Mercier, commandant l’escadron de 1991 à 1994, le général Antoine Noguier, commandant en second de l’escadron de 1991 à1993, et le général Jacques Bourillet, premier « Tiger One » de 1960 à 1962.

Le général Martel a clôturé cette cérémonie par un discours empreint d’émotion :

« Il est difficile de ne pas faire parler le cœur en pareille circonstance. Au moment de la décision de fermeture de l’escadron, je connaissais le sentiment qui pouvait ou allait assaillir ceux qui, passés au 1/12 et y ayant donné tout leur cœur, en gardent un sentiment précieux. Aujourd’hui, en présidant cette cérémonie, en vous voyant si nombreux, en vous voyant si complices, je sais que la nostalgie ne l’emportera pas sur le sentiment légitime de fierté d’avoir eu l’honneur de servir un jour au sein de cette prestigieuse unité ».

Auteur :  Lieutenant Charline Redin

Une pensée sur “Le 1/12 Cambrésis fait ses adieux

  • 2 mai 2012 à 12 h 59 min
    Permalink

    Quelle tristesse de voir cela! Les militaires qui n’ont qu’un droit, celui de se taire, ne peuvent pas exprimer leur colère en public mais les Nordistes si! Je trouve honteux de fermer cette base (décision politique) sous prétexte que ce sont les pays d’Europe du nord qui devront nous défendre dorénavant. La fermeture de cette base a encore mis des gens au chômage dans une région qui n’avait certainement pas besoin de ça! Une pensée, aussi, pour la base de Reims et pour toute les bases militaires qui ont fermé pour « restriction de budget ».

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *