Le Super Tucano commandé en Afrique

L’Angola, le Burkina Faso et la Mauritanie ont commandé des Super Tucano au constructeur brésilien Embraer pour un montant total de 180 millions de dollars (source: Embraer).

L’avion d’entraînement et d’attaque léger EMB-314 Super Tucano continue d’accumuler les commandes, consolidant ainsi sa position d’avion de contre-insurrection.

La dernière commande regroupe un montant total de 180 millions de dollars. Elle est issue de 3 États africains : l’Angola, le Burkina Faso et la Mauritanie. Ils rejoignent ainsi le Brésil, le Chili, la Colombie, la République dominicaine, l’Équateur et l’Indonésie en tant que clients.

Le Super Tucano est connu au Brésil sous le nom d’A-29 ou d’ALX, mais à l’étranger sa désignation est l’EMB 314 qui succède à l’avion d’entraînement EMB 312 Tucano qui fut largement éprouvé.

Le Super Tucano offre de meilleures performances en vol et un meilleur armement. Il embarque des mitrailleuses montées sur les ailes, des nacelles de surveillance, des bombes guidées, et même des missiles air-air. Il constitue donc une excellente plateforme de défense territoriale et de soutien rapproché au sein des forces aériennes à petit budget. Le Brésil l’utilise par exemple aux côtés de ses avions radars EMB-145 et comme patrouilleur maritime.

Fin mars 2012, Embraer a annoncé que la valeur totale des trois contrats (soutien,  formation et pièces de rechange compris) était de 180 millions de dollars. L’Angola, située sur la côte sud-ouest de l’Afrique, a commandé 6 Super Tucano pour des missions de contre-insurrection, avec les 3 premières livraisons prévues en 2012.

Carte de l’Afrique.

L’Angola est un régime autoritaire, et l’économie du pays serait dans une situation désespérée si elle n’était pas alimentée par l’activité du forage pétrolier offshore au large de ses côtes. Un rapport rédigé en 2010 par la Fondation de la conservation du patrimoine aux États-Unis a établi que l’Angola était le premier fournisseur de pétrole pour la Chine, devant l’Arabie saoudite. Le pays a traversé une longue guerre civile amorcée dans les années 1980 jusqu’en 2002, et l’enclave de Cabinda au nord-est demeure un foyer d’activité séparatiste. Le régime maintient une force de combat importante et plutôt moderne par rapport aux normes africaines, mais les questions abondent pour savoir combien d’avions de combat soviétiques et russes sont encore opérationnels.

Le Burkina Faso, lui, est un pays enclavé en Afrique de l’Ouest. Il a déjà reçu 3 Super Tucano et les utilise pour des missions de surveillance de ses frontières. L’arrivée du Super Tucano donne au pays un nouvel avion de combat à voilure fixe, sachant qu’il est déjà client de l’Air Tractor AT-802. La variante A-802U peut être facilement reconfiguré pour des missions militaires, ou pour opérer comme pulvérisateur de produits chimiques agricoles (la mission d’origine de l’AT-802). Dans cette partie du monde, les sauterelles représentent en effet un risque important pour la survie alimentaire de la population.

Sur le plan politique, le Burkina Faso pratique des élections libres par rapport aux normes africaines. Ses voisins sont le Bénin, le Ghana, la Côte-d’Ivoire, le Mali, le Niger et le Togo, où certains troubles risque de déborder. Les Super Tucano devraient aider le Burkina Faso à surveiller ses frontières et à fournir un moyen de dissuasion contre une éventuelle menace régionale. Le pays comble aussi ce risque en étant membre du Partenariat de lutte anti-terroriste Trans-Sahara (TSCTP) des États-Unis.

Enfin, la Mauritanie est située sur la côte nord-ouest de l’Afrique. Elle est simplement mentionnée comme un client qui « a choisi l’A-29 Super Tucano pour mener à bien des missions de contre-insurrection. » Le pays possède une armée de l’air très réduite, avec 3 ou 4 vieux EMB 312 Tucano récupérés de l’armée française. Compte tenu de l’ensemble total de la commande et du coût unitaire du Super Tucano, la Mauritanie pourrait avoir acheté seulement 1 avion (voire aucun avion pour l’instant).

La Mauritanie a pris une part active dans l’opération américaine Enduring Freedom dirigée par le Trans Sahara (OEF-TS), y compris les opérations à travers les frontières, en coopération avec son voisin le Mali, et avec un certain nombre d’escarmouches en Mauritanie avec Al-Qaïda au Maghreb islamique. Cela a été un acte d’équilibrage pour les États-Unis, qui ont également publié des rapports citant des dirigeants arabes de la Mauritanie pour la répression organisée de sa population noire, y compris l’esclavage et la traite des noirs (une pratique très ancienne dans la région, mais qui n’en demeure pas moins inacceptable au 21e siècle).

2 pensées sur “Le Super Tucano commandé en Afrique

  • 21 juillet 2012 à 20 h 21 min
    Permalink

    LA MAURITANIE UTILESE 4 SF 260 ET 3 TUCANOS MODIFIER AVEC DES CAL 50 LE 4ER TUCANO A CRASHER POUR LES SUPER TUCANO 2 EN COMMANDE

    Répondre
  • 11 mars 2015 à 11 h 25 min
    Permalink

    Qui a dit qu’il faut s’adresser seulement aux Américains et Européens pour ce genre de besoin ? Voilà la preuve éloquente.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *