L’aéronautique chinoise s’exhibe à Zhuhai

 

Du 13 au 18 novembre, la ville de Zhuhai (Guangdong) accueille le AirshowChina sur son aérodrome. Cette année, la Chine a privilégié ses drones et ses hélicoptères.

La Chine a présenté son drone Pterodactyl, appelé aussi Wing Loong sur le statique du Zhuhai AirShow. Le public n’avait vu jusqu’à présent que des modèles réduits comme au salon du Bourget en 2011. Le coût du Pterodactyl est estimé à près d’un million de dollars d’après les médias chinois, ce qui est bien inférieur à celui des avions sans pilote américains et israéliens.

Le Pterodactyl au Zhuhai Airshow.

Conçu et développé par l’Institut de l’aviation de Chengdu, le Pterodactyl a réalisé son premier vol d’essai en 2008. Il mesure 9,34 m de long, son envergure d’aile est de 14 m.  D’une masse légèrement supérieure à une tonne, il est capable de s’acquitter de missions à une altitude de 5300 mètres. Le Pterodactyl affiche aussi une autonomie de vol de 4000 kilomètres.

De son côté, Aviation Industry Coporation of China (AVIC) a présenté la maquette d’un drone MALE dont la silhouette rappelle celle de l’Avenger de General Atomics. Il est équipé d’une caméra en tourelle et de quatre points d’emport sous les ailes pouvant recevoir des missiles sol-air similaires au Hellfire américain. Le drone semble également disposer d’un turboréacteur sur le dos du fuselage.

Les Chinois font donc de sérieux progrès dans le domaine des systèmes de drones malgré quelques accidents. Au milieu de l’année 2011, lors de sortie annuelle de la marine chinoise dans les eaux contestées avec le Japon entre les îles d’Okinawa et les îles Miyakojima, les forces navales japonaises avaient repéré un système d’arme chinois jusqu’alors inconnu : un petit véhicule aérien sans pilote, apparemment lancé depuis le pont d’un navire de guerre.

Le Pionnier 01.

La Chine a également exhibé le moteur CJ-1000A, construit par AVIC. Ce turboréacteur à double flux équipera les gros avions civils chinois. La fin des recherches est prévue en 2016. Mais la motorisation est encore la faiblesse de la Chine qui dépend fortement des grands constructeurs comme Rolls-Royce, Pratt & Whitney et Safran.

Mais AVIC a surtout promu ses hélicoptères comme l’AC311. Ce dernier est un croisement entre un Eurocopter AS350 et un EC120. Avec une masse maximale au décollage de 2.200 kg il peut transporter jusqu’à six personnes.

Une maquette d’un futur hélicoptère « Pionnier 01 » était aussi présentée. Ses caractéristiques précisent qu’il s’agit d’un hélicoptère à grande vitesse doté d’un rotor coaxial rigide, de deux ailes munies de turbopropulseurs, permettant de tenir le vol stationnaire, à basse vitesse, et d’un train d’atterrissage tricycle. Un concept qui rappelle celui du X3 d’Eurocopter.

Un pilote pakistanais avant le décollage du JF-17.

Les militaires de la région de Guangzhou ont aussi fait voler la nouvelle brigade d’hélicoptères de combat WZ-10 fabriqués en Chine (photo ci-dessus). Cet hélicoptère d’attaque au sol est déployé dans les unités chinoises depuis février 2011 et le premier exemplaire a volé le 29 avril 2003.

Aucun des 2 chasseurs furtifs chinois J-20 et J-31 n’a volé durant l’exposition. Seule une maquette du J-31 trônait dans le hall principal. En revanche, des JF-17 en provenance du Pakistan ont assuré le spectacle. Un pilote pakistanais a même agité un drapeau rouge à 5 étoiles avant le décollage en signe d’amitié entre la Chine et le Pakistan qui développent conjointement le JF-17 depuis 1999.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *