Cassidian recrute dans la cyber-sécurité

Information Assurance

Le groupe EADS prévoit de doubler le nombre d’employés dans sa filiale Cassidian avec une entité dédiée à la cyber-sécurité. Une augmentation qui contraste avec son activité de ventes d’armes, où la demande est en baisse et accuse des pertes d’emplois (source: Bloomberg).

Cassidian vient de créer une entité entièrement dédiée à la Cybersécurité, de manière à accélérer sa croissance dans ce domaine. Pour cette nouvelle entité, Cassidian prévoit de recruter environ 700 collaborateurs dans les trois ans pour travailler sur la protection contre le piratage des données dans des domaines tels que les technologies de l’information d’entreprise, a déclaré son président exécutif Bernhard Gerwert.

M. Gerwert, qui conduit la direction de Cassidian depuis septembre 2012, travaille aussi à un second programme de réduction des coûts. Les gouvernements européens ont décidé de réduire leurs dépenses militaires et Cassidian n’a pas réussi à décrocher des contrats récents pour les avions de chasse. La société, basée près de Munich, envisage de lever des bénéfices d’exploitation de 10% du chiffre d’affaires d’ici à 2015, passant de 5,7 % en 2011, en réduisant le nombre d’employés et en faisant plus d’affaires à l’étranger.

Bernhard Gerwert, CEO de Cassidian.
Bernhard Gerwert, CEO de Cassidian.

Le consortium Eurofighter, constitué de Cassidian, BAE Systems et Finmeccanica, a vendu 12 Eurofighter Typhoon à Oman en décembre 2012, après que la compagnie ait perdu des appels d’offres en Inde, au Japon et en Suisse. L’avion est également en compétition en Corée du Sud, en Malaisie et en Arabie saoudite.

M. Gerwert a déclaré qu’il allait se concentrer sur les entreprises telles que les communications sécurisées où Cassidian détient une position de leader avec Motorola Solutions, les solutions cryptographiques, et les systèmes de contrôle aux frontières. Cassidian génère environ 70 millions d’euros (96 millions de dollars) avec les technologies de cyber-sécurité.

Cassidian veut également soutenir les efforts déployés par les gouvernements européens à acheter des drones armés. La compagnie a investit 80 millions d’euros pour développer le drone Talarion alors qu’il n’a pas réussi à obtenir l’approbation du gouvernement, et 600 millions d’euros, avec ses partenaires, sur toute une gamme de véhicules aériens sans pilote.

« Je suppose que nous allons développer un drone armé de fabrication européenne à moyen ou à long terme, » a commenté M. Gerwert. « Nous sommes en pourparlers avec les ministères de la défense de l’Allemagne, la France et les autres nations. » a t-il ajouté.

L’Allemagne loue actuellement des drones Heron (non armés) fabriqués par Israël Aerospace Industries Ltd, et le ministre français de la Défense Thomas de Maizière a déclaré le 1er février que l’armée doit rapidement combler cette lacune dans son arsenal et acheter un modèle armé développé conjointement avec la France, indépendamment des fournisseurs aux États-Unis ou en Israël. L’idée n’est pas nouvelle mais la réponse se fait toujours attendre.

Voir l’offre d’emploi publiée par EADS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *