Les avancées du programme chinois C919

C919_Picture

Le 30 décembre 2013, le futur avion de transport chinois C919 est entré dans sa phase de test. La première étape du processus est la certification qui sera suivie de la phase de montage en 2014 (source : XportReporter).

Commercial Aircraft Corporation of China (COMAC), le constructeur de l’avion, a commencé la sélection des fournisseurs pour la phase d’assemblage. Le Groupe Nexeya basé en France a été choisi pour fournir des bancs d’essai des systèmes d’avionique.

Le programme C919 a été approuvé par le Conseil d’Etat de Chine en février 2007, prévoyant la construction d’un avion de 168 sièges – avec un investissement de 10 milliards de dollars (60 milliards de yuans). Un an plus tard, COMAC a été créé à Shanghai pour concevoir et développer l’avion.

Maquette de la cabine du C919 au Bourget 2011.
Maquette de la cabine du C919 au Bourget 2011.

Le premier vol du C919 devrait être réalisé en 2015, et les premières livraisons devraient commencer à la fin de 2016. Une maquette grandeur nature a également été présentée au salon du Bourget en juin 2011.

En octobre 2013, COMAC a reçu 400 commandes, la plupart émanant des compagnies aériennes chinoises et des sociétés de crédit-bail. GE Commercial Aviation Services (GECAS) est le seul client étranger avec une commande de 20 avions. Mais le nombre de commandes est déjà suffisamment élevé pour couvrir les frais de recherche et de fabrication. COMAC espère aussi vendre des C919 en Afrique et au Moyen-Orient dans le long terme.

Le C919 est positionné face au Boeing 737 et à l’Airbus A320dans la catégorie des courts et moyens courrier. D’après COMAC, il sera 20% plus léger et 10% moins cher que ses concurrents. L’avionneur prévoit que d’ici 2030, la Chine achètera 4684 avions, dont 78% seront des appareils mono-couloirs de 160 places ou moins. Sur la base des prix de 2013, la valeur du marché total atteindra 650 milliards de dollars (3,940 milliards de Yuans) .

La Chine a investi massivement sur ​​le programme C919 dans le but de briser le duopole Airbus-Boeing. Le gouvernement de Shanghai aurait fourni un total de 109 millions de dollars de soutien direct en capital pour promouvoir la R&D et la fabrication. En 2013, le Ministère de l’Industrie et de la Technologie de l’information en Chine (MIIT) a publié un plan de développement à long terme pour l’industrie aéronautique civile (2013-2020). Ce plan prévoit que le secteur de l’aviation civile pour réaliser des ventes annuelles de 16,5 milliards de dollars d’ici 2020. Le plan a également souligné le développement d’un secteur national de moteurs d’avion. COMAC a appelé à des politiques préférentielles pour encourager l’achat de C919 par les compagnies aériennes nationales. Jusqu’à présent, six compagnies aériennes chinoises ont passé des commandes, qui représentent 25% du nombre total de commandes.

Le moteur Leap-X présenté au Bourget 2009.
Le moteur LEAP-X destiné au C919 présenté au Bourget 2009.

Le défi de la motorisation

COMAC a commandé 800 réacteurs LEAP-1C à CFM International (une joint-venture entre GE Aviation et Snecma) pour motoriser 400 avions C919 avions. COMAC prévoit de livrer le premier lot de C919 avec les moteurs importés et de les remplacer par des moteurs chinois après quelques années de fonctionnement en 2020.

Le développement de moteurs aéronautiques reste le talon d’Achille de l’industrie chinoise. La Chine n’a pas la technologie et la compétence pour copier la technologie des autres entreprises. Le développement de moteurs d’avion civil a été classé comme l’un des principaux plan de développement dans le 12e plan quinquennal. En février 2013, le Conseil d’Etat a approuvé un projet de moteur impliquant un investissement d’au moins 16,5 milliards de dollars. Shenyang Liming Aero-Engine Corporation et AVIC Xi’an Aero-Engine, deux filiales d’AVIC, dirigeront le projet. En outre, AVIC a investi plus de 1.65 milliards de dollars (10 milliards de yuans) dans la recherche et le développement d’un moteur. AVIC a également formé une équipe de direction stratégique avec Honeywell Aerospace pour superviser les programmes actuels et futurs des moteurs. Les filiales d’AVIC conçoivent plusieurs moteurs de C919 comme le CJ-1000A , le WS118, et le SF-A.

Un autre obstacle pour COMAC est le temps requis pour la certification qui peut durer plusieurs années. L’avion région ARJ21 (lancé en 2002) n’a reçu  sa première livraison qu’en 2007, et n’a pas encore reçu la certification de l’Administration de l’aviation civile de Chine. Si le C919 n’est pas validé par l’US Federal Aviation Administration, l’avion restera limité au marché chinois.

La répartition des matériaux spéciaux dans la nacelle du moteur du C919.
La répartition des matériaux dans la nacelle du moteur du C919.

Les matériaux avancés

Initialement COMAC a annoncé que le C919 sera fabriqué avec des matériaux composites qui le rendront 20 % plus léger que les avions concurrents de taille similaire. Mais COMAC aurait abandonné l’idée de l’utilisation importante de structures composites dans l’avion en la réduisant à 10 % à 20% afin d’ accélérer les progrès de la production. Le C919 utilisera plutôt de l’alliage d’aluminium, du polymère composite et de l’alliage de titane.

L’utilisation de matériaux composites sera une tendance croissante pour la fabrication des jet d’affaires. Mais les matériaux de pointe utilisés sont devenus un goulot d’étranglement limitant l’industrie de la production aéronautique en Chine. Seules trois sociétés – Toray, Hexcel et Cytex – ont maîtrisé la technologie des composites. Sur les trois, COMAC a signé un contrat de 10 ans avec Cytex pour fournir des structures composite de haute performance et des matériaux adhésifs pour le C919.

AVIC a affirmé qu’il a fait plusieurs avancées dans les matériaux composites mais il est beaucoup trop tôt pour parler de production de masse.

Le C919 dispose en tout de neuf fournisseurs de structure, tous issus du groupe AVIC, dont beaucoup travaillent déjà dans la fabrication d’avions militaires et de pièces d’origine pour Boeing et Airbus depuis des années. Les huit fournisseurs sont :

  • AVIC Xi’an Aircraft Industry (fuselage, ailes, caisson de voilure externe, ailerons, volets de bord de fuite, lattes, spoilers).
  • AVIC Shenyang Aircraft Industry (fuselage arrière, stabilisateurs verticaux, pylône moteur, porte APU).
  • AVIC Hongdu Aviation Industry Corp (fuselage arrière et des éléments clés de fuselage avant).
  • AVIC Harbin Aviation Industry Group (portes, volets du train d’atterrissage, stabilisateurs verticaux , carénages qui peuvent comporter des matériaux composites).
  • China Aerospace Science & Industry Corp (fuselage arrière caudale, aileron, spoiler et les ailettes avec des matériaux composites).
  • Zhejiang Xizi Aviation Industry Co (porte APU, porte RAT).
  • AVIC Chengdu Aviation Industry (fabrication du nez).
  • Institut de recherche pour AVIC.

Lire aussi :

6 pensées sur “Les avancées du programme chinois C919

  • 9 janvier 2014 à 19 h 10 min
    Permalink

    10% moins cher ? Il serait temps que la Chine renonce à manipuler sa monnaie qui n’est toujours pas convertible sur les marchés internationaux. Elle est systèmatiquement sous-évaluée par l’Etat Chinois…(une dictature à parti unique, rappelons-le)

    Répondre
    • 10 janvier 2014 à 7 h 04 min
      Permalink

      Parce que la France vous paraît être une démocratie ?

      Répondre
      • 10 janvier 2014 à 20 h 15 min
        Permalink

        Le socialisme, c’est le communisme avec l’hypocrisie en plus 😉

        Répondre
        • 11 janvier 2014 à 22 h 08 min
          Permalink

          Je ne suis pas français; sinon qu’avez vous à dire d’intéressant sur la convertibilité du Yuan chinois et son effet sur leurs exportations?

          Répondre
          • 13 janvier 2014 à 5 h 29 min
            Permalink

            La FED et sa planche à billets pour faire baisser le dollar US, c’est pas mieux …

          • 13 janvier 2014 à 15 h 26 min
            Permalink

            D’accord, la politique monétaire de la FED pousse le Dollar US à la baisse. C’est aussi le cas de la Corée et du Japon. Que fait l’Europe ? 1,3648 USD pour un €uro…
            Et le Yuan lui est carrément non convertible hors des guichets de leur gouvernement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *