Quelques éléments sur la furtivité du T-50

Russian_PAK-FA T-50

Depuis fin décembre 2013, les caractéristiques furtives du PAK FA T-50 ont filtré avec la publication des brevets du bureau d’étude Sukhoi.

Selon les documents des brevets, toutes les caractéristiques furtives de l’avion révèlent des améliorations significatives. Les documents révèlent que la surface équivalente radar (RCS) qui était de l’ordre de 10-15 m² sur le Su-27, sera réduite à un niveau moyen de 0,1 à 1m² sur le T-50.

A l’instar d’autres concepts furtifs, cette réduction est obtenue par l’utilisation de matériaux et de revêtements antiradar, par les formes particulières autour des prises d’air, et la conception des jonctions entre des éléments mobiles tels que les volets et les trappes.

Le brevet énonce notamment les avantages de la soute d’armes internes, des conduits de réacteurs en forme de s (mais qui ne sont pas réellement mises en œuvre dans la production du PAK FA), et de l’utilisation des inhibiteurs radar. Le brevet mentionne aussi que les aubes de compresseurs des moteurs génèrent jusqu’à 60% de la surface équivalente radar et que cette part est réduite à l’aide des revêtements antiradar dans les parois des conduits d’air.

La forme de la cellule réduit le nombre des réflexions radar dans les angles des ailes, les bords de l’empennage, les bords des prises d’air, et les panneaux d’écoutille sont réduits et déviés de l’axe de l’avion. Les flancs du fuselage, les bords latéraux des prises d’air et l’empennage vertical sont aussi tous déviés sous le même angle.

Certaines ouvertures et raies sur la surface de la cellule sont recouvertes d’un revêtement qui diminue les réflexions. Les écarts entre les éléments de la cellule sont remplis de produits d’étanchéité, tandis que le vitrage de la verrière est métallisé.

Les surfaces des cinq tableaux du radar sont également inclinés hors du plan vertical. En outre, les compartiments du tableau sont bordées de « rideaux » antiradar pour réduire les fuites possibles des signaux amplifiés.

L’empennage vertical renferme une antenne de communication tandis que la tourelle de nez – intégrant une veille infrarouge (IRST) – est tournée vers l’arrière et recouverte d’un revêtement absorbant les ondes radar.

Il existe actuellement cinq prototypes du T-50 qui ont effectué plus de 300 sorties à ce jour.

D’après le calendrier des activités du ministère russe de la Défense pour 2013-2020, la capacité opérationnelle initiale du PAK FA T-50 et le lancement de la production en série à grande échelle est prévue pour le 31 décembre 2016.  Les 60 premiers avions seront livrés à l’armée russe entre 2016 et 2020.

L’assemblage du 6è prototype T-50 est presque terminé, il est destiné à des essais statiques. Trois autres avions sont en construction.

Lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *