Le Charles de Gaulle part en campagne contre l’Etat islamique

Arrivée du Charles de Gaulle à Djibouti

Le porte-avions Charles de Gaulle a appareillé de Toulon le 13 janvier avec son groupe aéronaval vers le Golfe pour contribuer aux frappes aériennes de la coalition contre l’État islamique (source : Ministère de la défense).

Le Charles de Gaulle transporte douze Rafale Marine, neuf Super étendards modernisés, un avion de guet aérien Hawkeye et quatre hélicoptères. Outre le porte-avions Charles de Gaulle, le groupe aéronaval (GAN) comprend la frégate de défense aérienne Chevalier Paul avec son hélicoptère Caïman Marine, le pétrolier ravitailleur Meuse, et un sous-marin nucléaire d’attaque.

Le GAN passera par le canal de Suez pour rejoindre l’océan Indien et le golfe sur l’opération « Arromanches ». Son déploiement est prévu pour durer au moins jusqu’en mai 2015.

Les bombardements aériens auront lieu dans le cadre de l’opération « Chammal » qui marque la contribution française à l’opération internationale « Inherent Resolve ».

L’opération « Chammal » a été lancée en réponse à une demande officielle d’assistance du gouvernement irakien.

Les 3 kits AASM de Sagem.
Les 3 kits AASM de Sagem.

Les moyens aériens embarqués sur le Charles de Gaulle comprennent deux escadrons d’avions de chasse. L’escadron 11F avec des Rafale M, et le 17F avec des Super Etendard Modernisés (SEM). Ces derniers doivent être retirés du service en 2016 et remplacés par le Rafale M. Deux avions de commandement et de contrôle Northrop Grumman E-2C de l’escadron 4F sont également embarqués.

Les Rafale M actuellement embarqués sur le Charles de Gaulle sont configurés au standard F3.3, avec pleine capacité pour des missions air-air et air-sol. Ils devraient être mis à niveau vers la norme F3.4+ après l’opération « Arromanches ».

Pour ses missions air-sol, le Rafale M utilise diverses armes comme la bombe guidée AASM Hammer SBU-54 de Sagem. Il existe trois versions différentes du kit de guidage AASM : inerti-GPS, inertie-GPS-infra-rouge, et inertie-GPS-laser. La troisième version, qui peut poursuivre des cibles mobiles, a été qualifiée fin 2012 mais n’a pas encore été utilisée en opération.

Le Rafale M est également certifié pour utiliser le missile de croisière SCALP-EG dont dont quatre exemplaires avaient été tirés lors de l’opération Harmattan en Libye en 2011. Durant le déploiement du Charles de Gaulle en octobre 2014, des pilotes du Rafale ont également effectué des tirs de SCALP-EG conjointement avec des navires de la Marine.

Thales a aussi annoncé le 6 janvier la modernisation du système de contrôle de tir pour les missiles sol-air Aster sur le Charles de Gaulle.

Le déploiement du Charles de Gaulle marque une volonté claire de la France d’apporter une contribution de premier plan à la lutte contre l’Etat islamique.

Le Charles de Gaulle a également assuré une présence régulière dans la région du Golf et de l’océan indien lors de la guerre sur l’Afghanistan depuis 2001 (et plus récemment en 2012). Son dernier déploiement dans la région du Golfe était en 2014 pour l’opération « Bois Belleau ».

2 pensées sur “Le Charles de Gaulle part en campagne contre l’Etat islamique

  • 22 janvier 2015 à 7 h 25 min
    Permalink

    On peut s’interroger sur l’efficacité d’un tel déploiement. Cela fait 15 ans que l’Occident bombarde la moitié du moyen-orient, et 15 ans après le 11/09, Paris est attaqué par 3 hommes armés qui parviennent échapper à la police durant 3 jours.

    Répondre
  • 25 janvier 2015 à 14 h 31 min
    Permalink

    Heureusement que les salafistes n’avaient pas de porte-avions du temps des Croisades et de l’Inquisition…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *