Le porte-avions indien Vikrant est désamarré

INS_Vikrant

Le Projet 71 du programme IAC (Indigenous Aircraft Carrier) a franchi une nouvelle étape le 10 juin avec le désamarrage du Vikrant sur le chantier naval de Cochin Shipyard Limited (source : Indian Navy).

Initialement programmé pour le 28 mai, le désamarrage a dû être reporté à plusieurs reprises en raison de problèmes avec la porte de la cale sèche obstruée par du limon à l’embouchure.

Les aspects les plus visibles des travaux déjà réalisés comprennent le poste de commandement, la structure de l’îlot et la coque. Cochin Shipyard Limited (CSL) a également achevé les éléments sous-marins comme l’arbre des hélices, les hélices, les gouvernails et les stabilisateurs.

Après les travaux de gros œuvre, le Vikrant va maintenant recevoir ses équipements durant les 18 prochains mois. Le câblage, la tuyauterie, les équipements électriques et le chauffage, la ventilation et la climatisation sont parmi les principaux systèmes qui seront installés, ainsi que le complexe des installations aéronautiques de conception russe.

D’après les médias locaux, 14 contrats ont été signés avec l’agence russe Rosoboronexport pour la partie aéronautique du porte-avions, sachant que la livraison du matériel majeur n’a pas encore commencé. Un rapport de la commission parlementaire indien de la Défense publié en avril attribue ces retards à « des retards administratifs et de procédure [en Russie] dans l’obtention des autorisations internes de leur gouvernement. »

Vikrant

L’INS Vikrant sera le premier porte-avions construit localement par l’Inde avec une masse de 40 000 tonnes, une longueur de plus de 260 mètres et une largeur de 60 mètres. Il disposera de deux pistes de décollage et d’une piste d’appontage de type STOBAR* pour recevoir des MiG-29K, des Tejas LCA développés par l’Inde, ainsi que toute une gamme d’hélicoptères.

* La classe de porte-avions STOBAR (Short Take-off But Arrested Recovery) assure un décollage court avec le départ de l’aéronef presque directement vers le ciel et l’atterrissage par appontage sur d’autres ponts que le pont central. Le système STOBAR est d’autant plus adapté à des avions de combat légers comme le Tejas qu’il ne peut supporter des appareils trop lourds comme le Su-33.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *