Syrie : la Russie a déployé ses missiles S-400

S-400 Syrie

La Russie a installé des systèmes de missiles anti-aériens S-400 à Hmeimim en Syrie dans les 24 heures suivant l’incident de son bombardier Su-24 abattu le 24 novembre par un chasseur turc F-16. Il s’agit du premier déploiement de ces missiles à l’étranger.

Les missiles sol-air russes S-400, opérationnels 24 heures sur 24 à la base aérienne syrienne de Hmeimim, dans la province de Lattaquié, garantissent la sécurité des pilotes russes qui bombardent l’infrastructure terroriste en Syrie et des personnels terrestres.

Ces systèmes S-400 détectent tous les jours des « objets suspects » dans l’espace aérien syrien. Ces objets volants font demi-tour dès qu’ils sont repérés par les militaires russes. Et pour cause: il ne faut que cinq minutes pour mettre les missiles S-400, leurs radars et postes de commandement en état de combat. Le tir d’un missile prend 5 secondes.

Un système S-400 est capable de protéger un secteur d’au moins 800 km de diamètre et de détruire 36 cibles simultanément. Ses radars peuvent surveiller jusqu’à 300 cibles à la fois.

Panique au Pentagone

Selon des responsables américains interrogés par Bloomberg, les systèmes S-400 ont limité les activités de l’aviation américaine en Syrie. Actuellement, le Pentagone cherche à ajuster sa stratégie dans la région. Ce problème a provoqué une panique au Pentagone dont les responsables cherchent à présenter les mesures défensives russes comme un signe de l' »agression russe ».

« Le nombre croissant des systèmes russes de défense en Syrie… est un autre exemple de ce que la Russie et les autorités syriennes essaient de compliquer la campagne aérienne de la coalition internationale contre Daech », a déclaré un porte-parole du commandement central de l’US Air Force, Tim Smith à Bloomberg.

La sécurité des missions antiterroristes russes en Syrie est également garantie par les systèmes Fort (version navale des missiles sol-air S-300) installés à bord du croiseur lance-missiles Moskva qui mouille au large de la Syrie.

Les avions et missiles déployés par Moscou à la base de Hmeimim se trouvent également sous la protection du système russe de courte à moyenne portée Pantsir-S qui a un rayon d’action de plus de 20 km. Capable de détecter des cibles dans un rayon de 50 km, ce système peut détruire jusqu’à 10 cibles simultanément et de surveiller plus de 20 cibles. Il est doté de 12 missiles et d’un canon de 30 mm.

Lire aussi :

Une pensée sur “Syrie : la Russie a déployé ses missiles S-400

  • 2 janvier 2016 à 14 h 16 min
    Permalink

    Le gros inconvénient étant que les radars de ses systèmes ne peuvent pas détecter des objets qui se cachent dérrière les montagnes. Ce qui les rend vulnérable. Une carte de géographie physique de la Syrie montre trés bien le problème. La frontière avec le Liban est montagneuse et la frontière avec la Turquie est montagneuse aussi. Pour palier à ces inconvénients la Russie a déployé les Beriev A-50 en Syrie. Ces Awacs russes peuvent detecter sans problème des objets se trouvant derrière les montagnes, comme des objets volants à basse altitude. Et à mon avis les américains vont rechigner, sinon anuler les vols de leur fleuron F-22. La peur sans doute d’etre abattu finirait par achever le peu de crédibilité qui leur reste.

    http://defence-blog.com/news/russian-a-50e-awacs-appeared-in-the-airspace-over-syria.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *