La vente du Rafale a-t-elle échoué au Brésil ?

La déclaration du président Lula le 7 décembre porte un coup aux espoirs de vente du Rafale au Brésil.

Pour le président brésilien sortant, qui quittera ses fonctions le 31 décembre, le choix d’équiper l’armée de l’air de son pays avec le Rafale représente « un héritage très lourd, un héritage à long terme pour le Brésil. Je pourrais signer et faire un accord avec la France, mais je ne le ferai pas. »

Ces mots clôturent implicitement les négociations franco-brésiliennes selon certains analystes bien qu’il s’agisse officiellement d’un report.

Il est vrai qu’un an après les annonces optimistes de l’Elysée suite à la visite de Nicolas Sarkozy au Brésil en septembre 2009, le ton a radicalement changé.

Les négociations ont connu des hauts et des bas depuis septembre 2009. Paris a d’abord promis des transferts de technologie massifs, et même l’achat d’avions de transport KC-390 pour donner le change au Brésil. Puis, l’Armée de l’air brésilienne a rendu son verdict en faveur du chasseur suédois Saab JAS-39 Gripen dans son rapport d’évaluation remis au ministre de la Défense Nelson Jobim. Un avis que ne partageait pas ce dernier dont la préférence allait au Rafale à l’instar du président Lula lui-même.

Mais au final, il se pourrait que le Brésil annule purement et simplement son appel d’offres et se contente de la modernisation de ses hélicoptères légers Panther AS365K signée avec Eurocopter il y a tout juste un an.

Face à un éventuel échec, les explications fusent déjà : le prix trop élevé du Rafale, le sabotage américain, la médiocrité des négociateurs de Dassault, voir celle du Chef de l’Etat. La plus probable est que la nouvelle présidente Dilma Rousseff doit faire face à une situation économique difficile malgré la croissance et à l’annonce de coupes budgétaires sévères dans tous les secteurs, à l’exception des programmes sociaux.

Pour l’instant rien n’est joué. Et le Rafale garde toutes ses chances aux Emirats Arabes Unis, en Libye et au Koweit.

Lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *