Les boîtes noires du vol AF447 ont été retrouvées

Une première boîte noire de l’Airbus du vol Rio-Paris a été repêchée le 1er mai « en bon état physique ».

Le 1er mai, l’une des deux boîtes « noires » embarquées dans l’avion Air France AF447 qui s’est abîmé en mer le 1er juin 2009 dans l’Atlantique sud a été repêchée. Il s’agit de l’enregistreur de paramètres, le Flight Data Recorder (FDR), qui contient des données sur l’altitude, la vitesse et les positions de la gouverne de l’avion d’Airbus.

« À ce stade, le boîtier a l’air en bon état physique. Nos experts nous disent que nous pouvons espérer pouvoir lire ces données », a expliqué le directeur du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA), Jean-Paul Troadec. Ce dernier s’est toutefois montré prudent, soulignant que, pour le moment, il était difficile de savoir si l’enregistreur avait pu être endommagé par de la corrosion.

Le module récupéré, sous scellé et conservé dans de l’eau, doit encore être transporté au BEA en France, où il sera décortiqué dans une dizaine de jours.

La deuxième boite noire retrouvée

La seconde boîte noire de l’A330 d’Air France a été repêchée le 2 mai à 23h50. Elle a été localisée à 3.900 mètres de profondeur, à une dizaine de mètres de la première, et a été remontée à bord d’un navire le matin du 3 mai par un robot sous-marin. Il s’agit cette fois d’un enregistreur phonique, ou Cockpit Voice Recorder (CVR), qui contient l’environnement acoustique du poste de pilotage. Communications radios, conversations des pilotes, bruits d’ambiance du cockpit (moteur, alarmes)… Autant de précieuses informations, qui pourraient permettre aux enquêteurs de reconstituer le scénario de la catastrophe.

Lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *